Devenez membre du réseau

Mettre en place des ateliers philosophie, une expérience à tenter avec ses élèves !

Amélie Pinset est formatrice d’adultes à la mise en place d’ateliers philosophie à la Fondation SEVE

Avant d’être Formatrice, elle mettait en place des ateliers philo sur les temps d’activité périscolaire avec des enfants de 6 à 11 ans dans la région Ile de France.

Au délà de la transmission de connaisssances , un atelier philo est véritable espace d’échanges pour les élèves  et une occcasion de les rendre réellement acteurs . Elle nous partage son point de vue quant à la mise en place d’une communauté de recherche avec et pour les élèves jalonnée par des expériences qui ont parfois réussies et d’autres moins. Mais tout aussi sources  d’apprentissages !

Quelques mots sur votre parcours…

C’est après une Licence de philosophie et une première année en Master de science politique que j’ai découvert le monde de l’animation avec les enfants grâce à une expérience en chantier de bénévoles puis un volontariat en service civique dans des associations d’éducation populaire. Parallèlement à ma mission de service civique, j’ai suivi un Master in Civic Education en Italie dirigé par le philosophe Maurizio Viroli.

Ces expériences de terrain et de recherches m’ont amenée à découvrir la pratique de la philosophie pour enfants il y a 4 ans en 2013.

Depuis, je me suis formée* et ai rejoint la Fondation SEVE – Savoir-Être et Vivre Ensemble — en tant que formatrice en pratique d’ateliers philo afin de permettre à davantage d’adultes de se lancer dans telles pratiques avec les enfants.

Les ateliers philo , une animation qui demande un changement de posture

J’ai commencé en 2014 à animer de manière régulière des ateliers philo principalement avec des enfants de 6 à 11 ans sur les temps des activités périscolaires (TAP) à Paris et en banlieue parisienne.

Un atelier philo consiste en la mise en place d’une communauté de recherche avec et pour les enfants. Dans ce cadre, je n’ai pas pour rôle de transmettre mes connaissances en philosophie mais d’amener progressivement les enfants à penser par et pour eux-mêmes avec les autres. Les ateliers philo se basent sur une pédagogie active et socio-constructiviste. Je considère les enfants comme des co-chercheurs.

Pour les engager dans un processus de recherche, je les invite tout d’abord à poser eux-mêmes des questions qui vont déterminer les sujets de nos dialogues, souvent à partir de la lecture d’extraits de romans philosophiques mais cela peut se faire aussi à partir de petits jeux ou encore à partir de leurs expériences de vie quotidienne. Après la « cueillette de questions », les enfants votent afin de choisir la question qui les intéresse le plus et cette question devient le sujet du dialogue du jour. Dans le dialogue, qui constitue le cœur de l’atelier philo, le rôle de l’animateur est d’accompagner les enfants, à partir de l’expression de leur pensée ordinaire, à développer progressivement une pensée réflexive.

Je suis un bloc de texte, cliquez sur le bouton \ »éditer\ » pour me modifier. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Apprendre à dialoguer plutôt qu’à débattre

Grâce aux ateliers philo, les enfants découvrent un cadre d’expression démocratique dans lequel ils apprennent à prendre la parole et écouter attentivement les autres. Ils découvrent leurs camarades et amis sous une nouvelle lumière : ils découvrent la richesse de la diversité des points de vue et expérimentent le fait de ne pas forcément partager les mêmes idées que d’autres sans être pour autant dans une relation conflictuelle.

Dans l’école principale où je travaille, j’anime également une assemblée des enfants et j’ai notamment remarqué que les enfants qui en font partie et qui ont suivi un cycle d’ateliers philo prennent plus de recul et tiennent compte de davantage de paramètres avant de se positionner lors de discussions et vote sur un projet.

De plus, ils sont davantage dans une logique de dialogue que de débat : ils ne se sentent pas en compétition contre les autres pour montrer à tout prix qu’ils ont raison et que l’autre a tort mais essayent de co-construire leurs positions en prenant en compte les différentes idées des autres. Leurs positions sont aussi plus argumentées.

Ce que ça a changé pour mes pratiques

Avant d’animer des ateliers philo à proprement parler, j’ai animé pendant 2 ans des ateliers d’éducation à la citoyenneté et de sensibilisation à la lutte contre les discriminations.

La méthodologie propre aux ateliers philo m’a permis d’aller au-delà de l’animation d’un simple espace d’expression des enfants pour aller vers un espace de libération de leur pensée. Cela m’a donné des clés pour accompagner de manière plus rigoureuse le développement d’une série d’habiletés de pensée chez les enfants.

Aussi, j’ai appris à porter davantage d’importance au processus, c’est-à-dire à mieux accompagner les enfants là où leurs questions les mènent sans avoir d’attentes prédéterminées sur les conclusions auxquelles ils devraient arriver. J’ai appris à incarner une pédagogie du questionnement, en ateliers mais aussi dans l’animation de la vie quotidienne. Apprendre aux enfants à penser par et pour eux-mêmes ne doit se faire que pendant les ateliers philo mais au quotidien. La philosophie pour enfants représente pour moi moins une discipline qu’une approche pédagogique générale. Enfin, j’ai découvert que la pratique de la communauté de recherche philosophique pouvait être un super outil d’analyse de pratiques et ainsi développer également une pensée réflexive à propos de mes pratiques pédagogiques.

Une pépite à partager 

Une enfant qui avait observé la manière dont j’animais l’atelier et qui m’a proposé en fin de trimestre d’animer elle-même l’atelier ! Au fil du cycle, elle avait bien compris ma posture et les types de question de relance dont je me servais pour les accompagner à développer une pensée réflexive et l’atelier pouvait se dérouler de manière quasi autonome. J’ai appris que rôle d’animateur de l’atelier philo pouvait aussi être incarné par un enfant, une fois que celui-ci avait une certaine expérience de ce dernier en tant que participant et s’était, d’une certaine manière, « auto-formé » par l’observation de l’animateur. En pratique d’atelier philo, c’est donc moins l’âge qui compte que l’expérience !

Un râteau à partager 

Un enfant qui pendant plusieurs séances ne posait jamais de questions à la cueillette de questions suivant le temps de lecture partagée de l’histoire et ne participait pas aux dialogues. Il était difficile de réussir à savoir ce qui l’intéressait vraiment car lorsque je lui posais la question de savoir de quoi il aimerait qu’on parle il ne trouvait pas de réponse à me donner. C’est en discutant à la récréation avec un de ses amis qui m’a dit qu’il était intéressé par le sport que j’ai proposé au groupe lors d’une séance de partir de cette thématique pour dialoguer. Effectivement, le choix de cette thématique a permis de libérer la participation de cet enfant, qui par suite s’est mis à prendre confiance et participer y compris sur des sujets choisis par d’autres enfants. La prise en compte de l’intérêt de départ est essentielle pour libérer la parole des enfants, étape préalable indispensable avant de chercher à libérer leur pensée !

Vous avec mis en place ou souhaitez mettre en place des ateliers philo et vous vous questionnez ? Rendez vous sur le forum pour poser vos questions et nous organiserons un temps d’échange avec Amélie pour y répondre !

La prochaine occasion pour poser vos questions, c’est lors de la vidéo conférence des Ateliers en ligne, retransmis sur le forum du réseau, lundi 30 octobre à 17h. Posez-vous questions ici.

Vous avez déjà mis en place des ateliers philo dans votre classe  et vous souhaitez partager votre expérience ? Ecrivez nous !

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contactez nous

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

En cours d’envoi

Connexion

ou     Créer un compte

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account